Les émotions dans « l’piton », le grand frisson…

 

J’ai pleuré

Ce soir, j’ai pleuré.

À cause de moi ou grâce à toi ?

Tu m’as fait pleurer. Je t’ai vue, je t’ai entendue, je t’ai sentie déterminée à te dévoiler. À la seconde où j’étais prête, tu l’étais aussi. J’ai traversé la porte et tu m’es littéralement « rentrée dedans » ! Comme un coup de masse, ou comme un coup de foudre. Comme un coup au cœur, un coup dans l’âme… tu m’as fendu le cœur en deux. Avant de te voir, je t’ai entendue de l’autre côté de la porte… mais si tu savais à quel point je t’avais imaginée avant de te voir. Comme si je t’avais déjà vue, mais pas encore ressentie. Je t’ai tellement imaginée souvent, que je pensais t’avoir créée de toute pièce. Je pensais que tu venais du fruit de mon imagination et pourtant, ce soir, tu étais là. Je t’ai vue, je t’ai entendue et je t’ai sentie monter tout doucement, mais sûrement, sur la corde raide des émotions. À fleur de peau, les yeux pleins d’eau… puis, j’ai pleuré. Les émotions dans « l’piton », le grand frisson, une vulnérabilité rarement démontrée, puis j’ai encore pleuré.

Tu m’as fait pleurer de joie, de faire ta connaissance (depuis tout ce temps)
Tu m’as fait pleurer de fierté, de n’avoir rien d’autre à faire que de te contempler
Tu m’as fait pleurer d’accomplissement, de te voir briller devant nos 300 invités
Tu m’as fait pleurer, car j’ai pris conscience que ce qui m’est « rentré dedans », c’est de constater que tout ce que j’ai imaginé, tout ce dont j’avais parlé et partagé comme vision…, je l’ai vu prendre forme, devenir tangible et possible. Devenir vivant, et encore plus, se transformer pour concrètement devenir une soirée aussi éclectique qu’organique. Une création sur mesure tout aussi unique qu’authentique. J’avais hâte de te voir, mais si tu m’as fait pleurer, c’est parce que tu es encore plus belle que ce que j’avais imaginé. Je t’ai vue, je t’ai entendue, je t’ai sentie prête à te dévoiler. Tu es là, tout le monde te voit, tu es vraie, tu vis à travers cette trentaine de jeunes passionnés qui ont le courage d’affronter leurs peurs pour te permettre d’exister. Tu es encore plus extraordinaire que je pensais, vrai de vrai.

Chère Soirée Éclectique,
tu me donnes une raison d’être ce soir,
cette petite touche qui fait vivre de grandes émotions,
je l’ai ressentie ce soir.

 

Hâte de te revoir et de revivre ce moment avec toi.

de Noir Confetti

 

 

_ Crédits photos : Sarah Bédard-Dubé – Photographe, mais aussi coordonnatrice / projet de cirque social au Centre résidentiel et communautaire Jacques-Cartier